Vous hésitez, vous souhaiteriez devenir indépendant ou freelance mais vous avez peur de vous lancer ? C’est normal, c’était mon cas également avant d’entrer en couveuse d’entreprises ! C’est une expérience que je ne regrette pas et je vous encourage à choisir ce processus si vous êtes en reconversion professionnelle totale (et même partielle) ! Je vais vous expliquer pourquoi…

 

Qu’est-ce qu’une couveuse d’entreprises ?

Je sais, c’est un peu bizarre comme terme, au premier abord, mais effectivement ça porte bien son nom… En effet, la couveuse d’entreprises est un dispositif, mis en place depuis 2002, qui accompagne les porteurs de projet à créer et gérer leur propre entreprise. Grâce à ce dispositif, vous pourrez tester la viabilité de votre projet de création tout en bénéficiant d’un accompagnement personnalisé se rapprochant d’un coaching, d’un statut juridique provisoire et en conservant votre ARE (Aide de Retour à l’Emploi), en d’autres termes : votre chômage !

 

Pourquoi mon passage en couveuse d’entreprises a-t-il été bénéfique à ma reconversion ?

« Bénéfique » serait plutôt un euphémisme, « Primordial » serait plus approprié… En effet, sans mon passage en couveuse, je n’aurais pas eu une reconversion réussie ! Je vous explique… J’ai intégré la Couveuse d’Entreprise de Corse en août 2013 et j’avais le droit d’y rester pour une période de 6 mois renouvelable 2 fois, soit 18 mois au total (cela peut varier en fonction des couveuses).

À cette époque, je venais de sortir de mon congé maternité et je venais de quitter mon poste de Directrice de la Restauration d’un hôtel 5* à Porto-Vecchio, bref j’étais un peu déboussolée… Je ne savais pas trop quoi faire jusqu’à ce que le Pôle Emploi me convoque à une réunion dédiée à la création d’entreprise. Bien-sûr que j’y pensais déjà à créer mon entreprise mais j’avais peur ! Peur de ne pas trouver de clients, de ne pas réussir et de ne pas pouvoir payer le loyer à la fin du mois ! Mais le pire était que je ne savais pas trop quoi faire !

Tout devint plus clair quand Pauline, la chargée des « couvées », présenta le système de fonctionnement d’une création via une couveuse d’entreprises :

« Vous avez une idée de projet ? Vous avez des qualifications ? Vous êtes inscrit au Pôle Emploi ? Et bénéficiaire de l’ARE ? Vous êtes alors éligible pour entrer en couveuse d’entreprise ! Vous continuez à percevoir vos allocations tout en testant votre projet. À tout moment vous pouvez décidez de voler de vos propres ailes ou d’arrêter le contrat. Vous n’êtes pas obligé de créer votre entreprise en sortant de couveuse. »

Bref, j’ai vite compris qu’il n’y avait que des avantages à choisir un tel dispositif ! C’était l’opportunité qu’il me fallait ! J’ai sauté le pas…

 

Que se passe-t-il en couveuse d’entreprises ?

Bon c’est vrai que tout n’est pas tout rose. D’abord, vous allez devoir constituer un dossier béton qui passera devant une commission. Ensuite, si vous êtes accepté, vous aurez accès à votre compte via une interface (un intranet) dans lequel vous pourrez créer vos devis puis vos factures qui seront à chaque fois validés par votre chargé de projet. Vous devrez plancher sur votre projet, créer vos services, vos tarifs puis vous devrez prospecter et trouver vos premiers clients. Tout cela sera entrecoupé de plusieurs rendez-vous (1 par mois minimum) avec votre chargé de projet et vous devrez lui rendre des comptes. Il faudra faire ses preuves. C’est un bon coup de pied au ***, ou plutôt un bon coaching !

Vous devrez également assister aux réunions collectives (1 par mois également) durant lesquelles on vous présentera tous les types d’entreprises qui existent, les statuts juridiques et sociaux etc… On vous donnera toutes les clés en main pour choisir au mieux votre prochain statut : micro-entreprise, SAS, SARL, EURL etc… Durant ces sessions, vous ferez des jeux de rôles avec les autres « couvées », vous ferez du brainstorming… bref que du positif !

La couveuse d'entreprises vous donne la clé

Enfin, il faut savoir que la couveuse d’entreprises vous « prête » temporairement son numéro SIRET qui vous permet de facturer vos clients, de ce fait, c’est elle qui encaisse vos factures dans un compte à votre nom auquel vous ne pourrez pas toucher durant toute votre période en couveuse. À votre sortie, vous pourrez récupérer votre chiffre d’affaires auquel aura été décompté la TVA, vos frais (si vous en avez eu) ainsi que leur commission qui peut varier en fonction des couveuses (environ 10% me semble-t-il). Il ne faudra pas non plus oublier de déclarer ces revenus aux impôts l’année suivante (en plus de vos revenus que vous avez perçus au Pôle Emploi)…

 

Comment j’ai optimisé mon passage en couveuse d’entreprises ?

Lorsque vous avez toujours été employé, c’est plutôt difficile de passer de l’autre côté de la barrière ! Du coup, au début, je m’éparpillais, j’allais dans tous les sens, je voulais tout faire mais ce n’était pas efficace. J’avais même le projet, au début, de proposer deux types d’activité différente ! Le gros couac ! Au fil des semaines, je me suis rendu compte – avec l’aide de Pauline, ma chargée de projet – qu’il valait mieux se tourner sur ce qui fonctionnait le mieux. J’ai donc supprimé une activité et je me suis concentrée sur l’autre ! Au final, j’avais perdu quelques mois de couveuse bêtement !

Au fil du temps, je voyais les choses plus clairement, je trouvais de nouveaux clients et mon chiffre d’affaires commençait à tourner autour des 1000€/mois, ce qui n’était pas trop mal pour une première année !

Étant donné que le projet prenait tournure, il a été facile de demander à Pôle Emploi plusieurs formations qu’il me manquait pour être totalement indépendante. J’ai donc pu bénéficier d’une formation WordPress et d’une formation Photoshop… Mon arc était enfin complet et le 1er mai 2015, je créais enfin mon statut d’auto-entrepreneur. Cela fait pratiquement deux ans que l’aventure à commencé ! 🙂

 

La couveuse d’entreprises : un sacré coup de pouce pour se lancer !

En conclusion…

Je conseille vraiment à tout le monde qui désire devenir freelance de passer par une couveuse d’entreprises car elle vous permet de faire le tri et de tester ce qui marche et ne marche pas tout en conservant vos indemnités journalières. Sans ce dispositif, je ne serai pas une « freelance aguerrie » aujourd’hui 🙂 …

Une petite précision tout de même : se mettre à son compte demande encore plus d’efforts, de temps et de niaque que lorsque vous étiez employé, gardez cela à l’esprit ! Mais c’est tellement bon… La couveuse d’entreprises a été l’une des étapes primordiales de ma reconversion qui s’est achevée par ma formation de Développeur / Intégrateur au sein de la 3WA (3W Académie).

La couveuse d’entreprises : le meilleur moyen de réussir sa reconversion !
5 pour 2 votes

Ne partez pas ! Ça pourrait vous intéresser :