La Gestalt : c’est quoi ? Étant plutôt du genre « terre à terre », j’avais du mal à comprendre… C’est en navigant sur Pinterest que j’ai vu passer des épingles traitant de ce sujet intrigant. Autant poser la question à une personne qui s’y connaît ! C’est pourquoi je laisse la parole à Émeline du blog « SI J’OSAIS ». Elle va nous expliquer le concept et comment la Gestalt l’a aidée à devenir freelance !

 

La Gestalt… un mot un peu barbare, non ?! Sans parler de la prononciation 😉 C’est avec beaucoup de plaisir que je saisis l’opportunité qui m’est donnée de vous en parler.

La Gestalt – prononcez « Guéchtalt » – est une approche psychothérapeutique plus qu’une forme d’accompagnement psychothérapeutique.

La Gestalt est une vraie philosophie de vie. Elle se pratique bien au-delà d’un cabinet et permet d’aborder la vie d’une toute autre manière.

C’est d’ailleurs l’un de mes piliers dans ma nouvelle vie de freelance et je me sens plus vivante avec elle au quotidien.

 

La Gestalt, c’est quoi ?

Tout d’abord qu’est-ce que la Gestalt ? Comme évoqué juste au-dessus, la Gestalt est une approche utilisée par un thérapeute pour « accompagner ».

Certains utilisent la psychanalyse, d’autres la PNL ou encore l’analyse transactionnelle. Ici il s’agit d’une vision holistique et humaniste.

Lorsque l’on me demande ce qui différencie la Gestalt des autres formes de thérapie, je réponds toujours en premier : la posture du Gestalt-thérapeute.

Il s’engage en effet pleinement dans la relation. Contrairement à un psychiatre par exemple, le Gestalt-thérapeute interagit. Il partage avec son client ce qu’il vit, ressent, pense. Il est à son écoute et l’interroge.

C’est cet effet miroir qui permet de découvrir sa propre histoire avec un tout autre regard. Le Gestalt-thérapeute s’intéresse en effet à notre façon d’être au monde, de rentrer en contact, de maintenir ce contact et d’y mettre fin.

La particularité de la Gestalt est également de ne pas chercher à répondre à la question « pourquoi » mais plutôt « comment ».

Comment la situation qui vous amène aujourd’hui à consulter est-elle arrivée, comment s’est-elle produite ? Comment avez-vous réagit ?

La question est de savoir comment cet événement passé vit en vous aujourd’hui. Quelles traces laisse-t-il dans chacun de vos actes.

La Gestalt revient en effet constamment à l’instant présent. À ce que l’on vit maintenant. Et s’intéresse à ces processus, ces cycles inachevés, qui se répètent dans notre vie, souvent à notre insu.

Autre particularité de la Gestalt, c’est l’intérêt porté par le thérapeute au corps.

En effet le corps est un outil de communication puissant. Il parle bien plus que nous et montre, souvent, ce que l’on cherche à cacher.

Lui redonner toute sa place et apprendre à l’écouter permet de répondre à bon nombre de questions.

Enfin cette approche s’appuie sur une vision existentialiste : nous sommes tous acteur et responsable de notre vie.

La Gestalt m’a redonnée le pouvoir de décider, d’ouvrir le champ des possibles et d’oser. Elle m’a appris à essayer et à expérimenter pour grandir.

 

La Gestalt et moi

J’ai découvert la Gestalt en 2008. Je venais de démissionner d’un poste en CDI, de quitter Paris et mon copain venait de me laisser… J’étais de retour chez mes parents, à 25 ans, sans emploi, avec mes phobies et mes angoisses. J’avais besoin d’aide pour m’en sortir.

Une amie m’a alors transmise les coordonnées de sa thérapeute Gestalt. Sans prêter attention à cette approche que je ne connaissais pas, j’ai démarré une thérapie individuelle.

J’avais auparavant testé des accompagnements – psychologue et psychiatre – sans y trouver mon compte.

Très vite, j’ai entrepris une thérapie de groupe. Idéale pour soigner mes phobies sociales. Une expérience très riche et insoupçonnée. Des bulles de douceur dans ma vie alors bien chaotique.

J’ai poursuivi cet accompagnement durant 5 ans, période au cours de laquelle j’ai reconstruit ma vie – conjoint, nouvel emploi, enfant – multipliant les expériences Gestalt en plongée, chant, ou encore en psycho-généalogie. Une renaissance.

Puis en 2016, je vis un nouveau moment difficile. Mon travail est très (trop) prenant. Fatiguée, stressée, je ne trouve pas ma place et ma vie me semble vide de sens.

Je prends alors une grande décision (la Gestalt a laissé des traces) : je quitte mon emploi pour m’occuper de moi. J’ai besoin de temps pour me ressourcer et je n’en peux plus d’avancer sans donner de sens à ma vie.

C’est au cours de cette période d’introspection que je démarre mon blog Si j’osais, pour me confier sur mes états d’âme et ma reconversion.

Je ne sais qu’une seule chose à ce moment-là : j’aime la Gestalt.

J’entreprends alors de m’y former, sans forcément, tout de suite envisager d’en faire mon métier.

Au cours des deux années qui ont suivi, j’ai cherché et trouvé ma voie. Je sais aujourd’hui qui je suis et ce à quoi j’aspire : c’est coach en transition professionnelle, Gestalt-thérapeute et écrivaine que je veux être !

 

La Gestalt dans mon quotidien de freelance.

Aujourd’hui je me lance à mon compte en tant que slasheuse freelance. En mai 2019 très exactement !

Et je sais que bon nombre de piliers de la Gestalt vont m’y aider. Je suis habitée par cette approche et en ai fait une vraie philosophie de vie.

Déjà, dans mon projet d’étude d’entreprenariat par exemple, je reviens constamment à moi. Plutôt que de réfléchir à quelle est la demande, qu’est-ce que je suis censée vendre, je m’interroge sur ce qui m’anime. Ce que je souhaite transmettre. Comment je souhaite accompagner.

Je suis tellement convaincue que si je suis en accord avec moi-même et au bon endroit, le champ des possibles s’ouvrira. Cette authenticité, ce respect de qui je suis, est pour moi une grande clé de réussite. Et dans n’importe quel projet !

Je sais également qu’avec la Gestalt je ne vais pas oublier d’être en contact. Le risque lorsqu’on lance sa micro-entreprise est de travailler à la maison et de s’isoler.

Je sais aujourd’hui que pour me nourrir, j’ai besoin de rencontres. Que c’est à travers elles, que passe la vie. J’imagine également que la Gestalt m’aidera à me rappeler que je ne suis qu’un élément dans ce monde et que pour me ressourcer il me sera indispensable de passer du temps à son contact.

Pour gérer mon stress, la pression, je me remémore que c’est l’instant présent qui compte, au lieu de chercher à anticiper, à prévoir, ou contrôler ce qui pourrait advenir.

Et bien sûr je vais intégrer la Gestalt dans ma pratique de coach. Je ne me vois pas accompagner mes futurs clients, sans les interroger sur ce que dit leur corps, leurs émotions mais aussi leurs processus.

La Gestalt fait partie de moi, et avec elle, je vais continuer d’oser, d’expérimenter… Enfin tout simplement de vivre !

La Gestalt en Freelance
Gestalt en Freelance
velit, ut at Aenean felis elementum fringilla

Pin It on Pinterest

Shares
Share This