Je suis heureuse de vous faire découvrir une nouvelle rubrique dans mon blog qui va permettre de raconter le parcours de divers entrepreneurs et webentrepreneurs afin de prouver que réussir sur le web, ça existe. On ne va pas parler de Succes Story car ce n’est pas toujours rose mais on va bien parler de Business Story ! Pour le premier article de cette rubrique, je voulais faire appel à une entrepreneuse courageuse que j’ai rencontré lors de mon passage en couveuse d’entreprises à Calvi, j’ai nommé Tania Andréo, la directrice et propriétaire de la première plateforme e-commerce de la beauté corse. Tania s’est prêtée au jeu et nous confie son parcours, découvrons-le…

Tania Andréo de Corsica Beauty
Tania Andréo © Corsica Beauty

 

Comment as-tu eu l’idée de créer le site e-commerce Corsica Beauty ?

Tout simplement après mon mémoire, remarquant une problématique liée aux cosmétiques corses ! J’ai relevé plusieurs problèmes et j’y ai répondu en donnant quelques solutions, au début, juste dans le cadre de mes études. Une année après quand je suis arrivée dans le monde de travail avec plein de volonté d’apprendre et de faire avancer la corse, mon île que j’aime tant, j’ai eu le malheur de découvrir la triste réalité du marché du travail en corse.

Un marché du travail complètement saisonnier et précaire, avec aucune possibilité de CDI ni d’évolution et encore moins d’épanouissement professionnel. J’ai fait de nombreux petits boulots pour joindre les 2 bouts, je suis passée par tous les boulots dans l’espoir d’avoir un CDI, mais en vain.

J’ai alors décidé de réfléchir à ce que je voulais vraiment dans la vie, c’est d’ailleurs une question assez complexe et profonde ! Une chose est sûre, je voulais rester sur mon île, participer à son développement et vivre de ma passion : la nature, les plantes et la cosmétique.

J’ai replongé ma petite tête dans mon mémoire de 4ème année. Je me suis rappelée quelques souvenirs et j’ai cogité plusieurs jours. Un soir, je me suis dit que pour toucher le monde et vivre de ma passion il fallait que je me digitalise un peu plus et c’est à ce moment précis que m’est venu l’idée de créer un site e-commerce afin de valoriser notre patrimoine botanique, ses matières premières et ses produits dérivés : Corsica Beauty est né.

Pour information, le site de Tania Andréo a vu le jour en mai 2014

 

Comment as-tu financé le lancement de ton projet ?

Une partie des fonds provient d’une campagne de financement participatif sans laquelle le projet n’aurait jamais été possible. Surtout que les banques étaient très réticentes au début du projet, je me souviens même que certains banquiers ont refusé de me donner quelques renseignements par peur de perdre du temps avec « un projet qui ne vaut rien » !

L’autre partie provient de mes deniers personnels, j’ai quand même investi plus de 9000€ alors que j’étais caissière à l’époque… J’ai économisé tous les mois, je me suis privée de beaucoup de choses pour réunir cet apport indispensable à la création de ma société.

C’est une très bonne idée qu’à eu Tania Andréo : faire appel à du financement participatif peut vous aider dans le lancement de votre projet !

 

En parallèle de ton e-commerce, as-tu élargi tes points de vente ?

Oui, certains corses ne comprenaient pas qu’il fallait se rendre sur internet pour commander des produits conçus sur l’île, alors j’ai voulu répondre à leurs besoins et j’ai créé une boutique référence avec un très bon emplacement sur Calvi (dans la rue la plus fréquentée de Corse). Je suis en train d’ouvrir d’autres boutiques et surtout de créer ma propre marque qui va sortir en septembre 2017. Dans quelques temps, mon laboratoire de cosmétiques suivra…

Entreprendre sur le web ne ferme pas les autres portes, vous pourrez vous diversifier pour pérenniser votre business.

 

As-tu confié la maintenance de ton site e-commerce à des prestataires ?

Non pas encore, depuis le début je m’occupe de tout : les photos des produits, les fiches produits, le démarchage des artisans, la relation client, les expéditions etc. Ça prend beaucoup de temps, je travaille actuellement 15 heures par jour, sans vacances ni jours de repos, pour pérenniser ma société et parvenir à embaucher. J’envisage bien sûr de lever le pied mais pas pour l’instant, il y a trop d’enjeux !

C’est très courageux de maintenir un site e-commerce de cette envergure, si vous ne vous en sentez pas capable, il existe des professionnels qui sont spécialisés dans la maintenance de sites web.

 

Tu as innové sur plusieurs points, est-ce que les gens te prennent plus au sérieux aujourd’hui ?

À présent que j’ai une certaine notoriété ça va mieux, mais malheureusement, je fais surtout face à de la jalousie maladive et je dois essuyer des coups bas très régulièrement ou même du plagiat.

À mon avis, les gens devraient dépenser leur énergie à entreprendre et à créer leur propre business plutôt que de l’utiliser pour détruire les idées, les projets et les ambitions des autres, mais je ne changerai pas le monde aujourd’hui… Ça m’est égal, grâce à mon projet, je fais enfin ce qui me plait et mon visage s’illumine pour ça 😉

 

Trois ans après le début de l’aventure, es-tu fière de toi et de ton projet ?

Je suis quelqu’un d’assez perfectionniste, ambitieuse, exigeante et je repousse toujours mes limites plus loin chaque fois. J’ai toujours eu l’âme d’une entrepreneuse, mais quelques fois il m’arrive de lâcher prise quand certaines journées sont plus difficile que d’autres.

Par contre, quand je fais le point, que je regarde d’où je suis partie il y a 4 ans et où j’en suis aujourd’hui, ça me rebooste et ça me redonne de l’énergie pour aller encore plus loin.

Je suis plutôt fière des étapes que j’ai su passer et surtout des embuches que j’ai surmonté, c’était loin d’être facile et je vous avoue que ça ne l’est toujours pas aujourd’hui… Lorsqu’on est chef d’entreprise on est libre de penser et de créer mais on peut vite être rattrapé par les soucis et les contraintes qui demandent beaucoup d’efforts et d’énergie pour être réglés.

Toutefois, comme je suis une optimiste, je vois cette expérience comme un apprentissage perpétuel, une aventure pleine d’adrénaline : ça vaut tout l’or du monde !

Je suis d’accord, entreprendre sur le web peut être périlleux mais la satisfaction qu’apporte la réussite n’a pas de prix !

 

Si je te dis que tu es une WebEntrepreneuse, tu dirais quoi ?

Oui, c’est vrai, je suis une WebEntrepreneuse puisque j’entreprends sur le web, mais pas seulement car je suis très active sur le terrain également avec mes boutiques et les divers évènements que j’organise ! Au final, je suis une entrepreneuse, tout simplement…

 

Quels conseils donnerais-tu aux personnes qui ont envie d’entreprendre ?

Déjà, il ne faut pas être fainéant, ne pas compter ses heures et oublier les vacances et les jours de repos au début, il faut savoir se donner les moyens de ses ambitions.

Ensuite, pour nourrir ses ambitions, il faut se fixer des objectifs et des buts, sans quoi le projet n’aura pas de moteur.

Enfin, il ne faut jamais se laisser décourager par qui que ce soit, il faut savoir être simple, se poser les bonnes questions et suivre son cœur… Je suis persuadée que quand on fait les choses par amour et par conviction le reste vient naturellement.

Le cocktail gagnant pour entreprendre et réussir = une bonne idée + beaucoup de travail + des objectifs réalistes + de l’optimisme !

 

Le mot de la fin par La Webeuse

Vous l’aurez compris, le parcours de Tania Andréo n’a pas été tout rose mais si elle est encore présente sur le marché des entrepreneurs aujourd’hui c’est parce qu’elle est une battante. Enfin, c’est mon avis.

Ce que je trouve génial dans ce profil quelque peu atypique, c’est que Tania est une entrepreneuse qui va hors des sentiers battus et qui fait un pied de nez aux machos virils qu’on peut souvent croiser dans le monde de l’entreprenariat.

Et si je vous disais que Tania Andréo n’a que 28 ans à l’heure de cette interview… Elle a donc lancé son projet e-commerce à 24 ans ! Je trouve cela encourageant pour tous ceux qui veulent se lancer dans un projet qui leur tient à cœur.

De plus, je trouve son discours très terre à terre, ce qui permet d’enlever un peu les fausses-idées que certains sites web veulent nous faire croire en disant qu’on peut devenir millionnaire sur le web. C’est difficile, certes, mais c’est très motivant de se lever le matin pour faire ce qui nous plait (Tania m’a confié que ce mois-ci elle devrait enfin se verser son premier salaire).

Je vous encourage à réagir par le biais des commentaires de cet article, cela encouragera certainement cette corse on ne peut plus pugnace !

Découvrir Corsica Beauty

 

PS : si, vous aussi, vous désirez raconter votre parcours de WebEntrepreneur ou WebEntrepreneuse, contactez-moi !

Je veux raconter ma Business Story sur La Webeuse

Business Story : le parcours de Tania Andreo de Corsica Beauty
5 pour 2 votes

Ne partez pas ! Ça pourrait vous intéresser :